Plan de Prévention des Risques Sécheresse

Mis à jour le 27 avril 2014

Le phénomène de retrait gonflement de sols argileux est lié aux variations de leur teneur en eau : ils gonflent avec l’humidité et se rétractent avec la sécheresse.

L’impact sur les constructions n’est pas négligeable notamment pour celles légères de plain-pied ou aux fondations peu profondes. Cela peut se traduire par des désordres importants et coûteux tels que fissures des murs, des soubassements, distorsion des ouvertures, décollements des bâtis annexes, rupture de canalisations enterrées….

Pour éviter ces désagréments voici les principales précautions à prendre, efficaces et relativement peu coûteuses :

– Adapter les fondations.

– Rigidifier les structures par des chaînages et désolidariser les bâtiments accolés.

– Sous-sol général ou vide sanitaire requis, pas de demi sous-sol.

– Eviter les variations localisées d’humidité, éloigner les infiltrations d’eau pluviale, les fuites des canalisations enterrées et penser à des trottoirs ou géomembranes périphériques pour protéger les fondations.

– Éloigner les plantations d’arbres, maîtriser leur hauteur, à défaut poser des écrans anti-racines en profondeur entre les arbres et les fondations.

La réalisation d’une étude de sol par un bureau d’étude spécialisé est exigée au permis de construire pour déterminer la structure des fondations en fonction de la dureté du sol.

cf. PPRS-Haute-Garonne