Le PLU de Bonrepos, outil majeur de la gestion de l’urbanisme

Mis à jour le 27 avril 2014

Avec le comblement progressif des zones ouvertes à l’urbanisation, la commune disposait d’une offre foncière très réduite, hypothéquant alors une perspective de développement nécessaire pour favoriser l’optimisation des équipements et des services publics.

L’objectif fut alors, tout en maîtrisant le rythme d’évolution, de privilégier un développement de la zone urbaine en débloquant progressivement des secteurs à l’urbanisation en fonction de leur distance du centre du village garantissant ainsi une cohésion de l’espace urbain et respectant des principes de continuité urbaine, de développement des liaisons inter-quartiers ou d’extension cohérente des réseaux.

Le rythme annuel de la construction a ainsi été déterminé sur la base d’une analyse technique et financière qui a permis de rationaliser l’ouverture à l’urbanisation du territoire. Ainsi le PLU est modifié régulièrement pour ouvrir progressivement des zones programmées (2AU)  en zones effectivement ouvertes à l’urbanisme (1AU).

Au regard de la dynamique urbaine de l’agglomération toulousaine au moment de l’élaboration du PLU et de la superficie totale du territoire de la commune, ces deux types de zones sont révélateurs de la stratégie communale de maîtrise de l’urbanisation. Le respect de l’environnement a été également un des facteurs essentiels dans l’élaboration du PLU en regard de la part importante des surfaces destinées aux espaces verts.

Dans les secteurs « raccordables » à l’assainissement collectif, les parcelles varient entre 900 et 1200 m² (2500 m² minima pour les non-raccordables). Une ouverture de l’ordre de 2,5 hectares chaque année permettrait de respecter les prévisions de la commune.

Une première modification du PLU initiée en 2008 et approuvée en janvier 2009 a ouvert à l’urbanisation deux zones classées en 2AUa, l’une au quartier du Mondou et l’autre à la Grande Borde en continuité d’un secteur récemment aménagé.

En début 2014, l’ensemble des zones ouvertes par la première modification du PLU en 2009 sera aménagé. Cette année verra la deuxième modification pour ouvrir d’autres zones à la construction. Cette modification devra être approuvée par le SMEAT (Syndicat Mixte d’Etudes de l’Agglomération Toulousaine) au regard des prescriptions du SCoT (Schéma de Cohérence Territoriale).

L’évolution des règles d’urbanisme (lois ALUR) vont faire évoluer ces principes en contraignant à un moindre étalement. Le visage de Bonrepos, comme de toutes autres villes et villages, va changer de par la loi. De plus un recentrage des compétences, et particulièrement celle de l’urbanisme, vers des EPCI comme les communautés de communes, les communautés d’agglomération, communautés urbaines, métropole fera que les décisions seront de moins en moins prises au niveau de la commune.