Exposition « Humour interdit » : Du 3 au 15 juin à la mairie.

Du lundi 3 au samedi 15 juin à la mairie.

Quelle place avait le dessin pendant la Seconde Guerre mondiale ? En y regardant de plus près, on réalise que le dessin de l’occupation, ce dessin sous dictature, prend des formes multiples, inattendues. Il est absolument partout ! Loin d’être un simple aspect anecdotique de ce temps, il en devient au contraire un enjeu stratégique : les forces de l’Axe comme les Alliés placent la représentation figurée au cœur de leur propagande. Sa valeur symbolique est utilisée par tous les camps. Sa maîtrise est primordiale : le dessin est une arme. S’inspirer de ce titre, c’est aussi se demander comment l’humour peut se manifester quand l’époque ne s’y prête pas vraiment. Loin d’être mis de côté, l’humour dessiné devient souvent un palliatif à la morosité, une échappatoire face aux difficultés. Mais cet humour en dessins se montre aussi profondément mal intentionné. Il est souvent un « humour » noir qui discrimine, qui persécute. Le rire alors se fait jaune, blessant, humiliant.

L’exposition « Humour Interdit » a été imaginée par le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation au lendemain de l’attentat contre le journal « Charlie Hebdo ». Indéniablement, l’image est toujours un puissant levier des consciences. Plus rapide que les mots, elle parle aux sens et aux émotions. Elle émeut, elle captive, elle enthousiasme, elle indigne, et elle ne laisse jamais indifférent. Quand elle est satirique, l’image se moque et dénonce. Alors elle fait rarement dans la demi-mesure. Est-ce là la limite aujourd’hui ?

L’exposition, intégralement conçue autour des documents et archives conservés dans la collection du Musée départemental de la Résistance et de la Déportation, permet ainsi de comprendre comment une véritable guerre des images s’est déroulée pendant la Seconde Guerre mondiale. Affiches, tracts, papillons ont déferlé, omniprésents dans la vie des Français. Ces images sont aujourd’hui essentielles pour comprendre ce que fût le quotidien de millions de gens pendant ces années. Elles ont aussi eu un impact considérable dans notre mémoire collective.

Une exposition prêtée gracieusement par le Musée départemental de la Résistance (Conseil départemental de la Haute-Garonne).

 Cet article disparaîtra à 11h19 le 16 June 2019